Le diagnostic de cancer du sein à des stades

Le diagnostic de cancer du sein à des stades

Le diagnostic de cancer du sein à des stades

Le cancer du sein.  Entre 1990 et 2008, le taux de mortalité ajusté a diminué de 14,4%.  En 2010, le cancer du sein a causé 15,7 décès pour 100 000 femmes.  90,6% des décès surviennent après l & apos; âge de 45 ans, soit un taux de 41,8 pour 100 000 femmes dans ce groupe.  La mortalité masculine due à ce cancer a atteint 0,2 pour 100 000 hommes la même année.  En 2009, 7 616 femmes et 72 hommes ont quitté l & apos; hôpital pour cette cause.

Le diagnostic de cancer du sein à des stades plus précoces (in situ, I et II) est passé de 42,9% à 69,4% entre 1999 et 2009.  En outre, une réduction de 74,4% a été observée dans les cas diagnostiqués au stade IV au cours de la même période (20,7 à 5,3%). En 2011, le nombre de femmes en contrôle dans SNSS avec examen physique des seins effectué au cours des trois dernières années a atteint 1,8 million et le nombre de femmes avec mammographie réalisée au cours des trois dernières années a atteint 419 mille.

Le diabète sucré

Le diabète sucré. Entre 2000 et 2010, la mortalité attribuée à cette cause est passée de 16,2 à 21,6 décès pour 100 000 habitants.  Le taux de mortalité est plus élevé chez les femmes (22,1 décès pour 100 000 habitants).  En 2009, il y a eu 19 958 rejets de cette cause, en particulier chez les personnes de plus de 65 ans (44,3%) et les hommes (53,9%) (8, 22).  La prévalence estimée du diabète est passée de 6,3% en 2003 à 9,4% en 2010 dans la population âgée de plus de 15 ans.

  • La prévalence augmente avec l’âge: 0,4% dans le groupe des 15-24 ans, 3,8% dans le groupe des 25-44 ans, 16,9% dans le groupe des 45-64 ans et 25,8% dans le groupe des 65 ans et plus.  Il n’y a pas de différences significatives entre les sexes ou selon la répartition urbaine-rurale.
  • La prévalence estimée du diabète chez les hommes adultes âgés de 60 ans et plus est de 22,7% et chez les femmes de 18,6%.  La prévalence du diabète est significativement plus élevée dans la population ayant moins de 8 ans D’études.

Le diabète sucréLes maladies respiratoires chroniques causent 5,7% de tous les décès.  En 2000, il y avait 15,1 décès dus à cette cause, pour 100 000 habitants en 2008, il atteignait 14,0 décès pour 100 000 habitants.  Les visites ambulatoires les plus fréquentes pour les maladies respiratoires chroniques sont l’asthme bronchique à tous les âges, la maladie pulmonaire obstructive chronique chez les personnes âgées de plus de 45 ans et le syndrome bronchique obstructif récurrent chez les personnes de moins de 5 ans.

Selon l’Enquête nationale sur la santé 2009-2010, 21,7% de la population chilienne a des symptômes constants maladie respiratoire pulmonaire chronique.  La prévalence augmente avec l & apos; âge et est égale entre les sexes, et elle est plus élevée dans les groupes ayant un niveau socioéconomique inférieur (27% au niveau le plus bas et 7,9% au niveau le plus élevé).  Les régions où la prévalence des maladies respiratoires chroniques est la plus élevée sont Antofagasta, Biobio et Atacama.

Maladies respiratoires chroniques

Selon les résultats de l’Enquête nationale sur la santé 2009-2010, la prévalence du surpoids est passée de 61% à 67% entre 2003 et 2010.  Au Chili, l’étude comparative d’évaluation des risques menée en 2007 a estimé que le surpoids et l’obésité sont responsables de la perte annuelle de 234 107 années de vie en bonne santé, soit 7 877 décès (9,1% du total). La prévalence du surpoids est plus élevée chez les hommes que chez les femmes, alors que la prévalence de l’obésité et de l’obésité morbide est plus élevé chez les femmes.

L’obésité morbide est passée de 148 000 en 2003 à 300 000 en 2010.  Les taux d’obésité sont plus élevés chez les femmes, en particulier dans le groupe d’âge 45-64 ans. L’indice de masse corporelle moyen (IMC 2) pour la population adulte chilienne était de 27,4 kg / m2.  La répartition par niveau d’éducation montre que le faible niveau est celui qui concentre la plus forte concentration d’obésité.

La prévalence de la population adulte affaiblie (IMC<18,5) est de 0,8% et la prévalence de l’obésité est de 23,2% (19,6% chez les hommes et 29,3% chez les femmes).  Plus de 60% de la population a un certain degré d’excès de poids (surpoids ou obésité).  1,3% présentaient une obésité morbide (IMC > = 40).  Les taux d’obésité les plus élevés chez les adultes sont observés chez les femmes de faible statut socio-économique.  L’obésité chez les personnes de moins de 8 ans d’éducation est de 33,4%.

29,5% des adultes présentent une obésité centrale ou viscérale (tour de taille élevé), atteignant des taux de 44,3% dans la population de faible niveau d’éducation.  Les taux d’obésité sont plus élevés dans les couches socio-économiques inférieures et dans l’extrême sud du pays (région de Magallanes).  2,3% des Chiliens souffrent d’obésité morbide, qui tend à augmenter avec l’âge, passant de 0,7% entre 15 et 24 ans à 4,3% chez les personnes de plus de 64 ans.  L’obésité morbide est plus élevée dans les zones urbaines que rurales (2,43% et 1,62%, respectivement).

Maladies Nutritionnelles

Parmi les enfants de moins de 6 ans sous le contrôle du SNSS, il convient de noter qu’entre 1994 et 2011, la proportion d’enfants souffrant de malnutrition a diminué progressivement (0,7% à 0,3%), mais le pourcentage d’enfants de ce groupe d’âge en surpoids (15,7% à 23,2%) et obèses (5,8% à 9,9%) a augmenté. Chez les enfants de moins de 6 ans sous le contrôle du SNSS en 2011, le principal problème nutritionnel est le surpoids (23,2%) et l’obésité (près de 10%).

Maladies Nutritionnelles

Cette situation est différente de celle qui existait même dans les décennies précédentes, lorsque la malnutrition infantile due au déficit était un grave problème de santé publique, alors qu’à l’heure actuelle, le groupe à risque de sous-alimentation n’atteint que 2,4% et la malnutrition seulement 0,3%. Le surpoids et l’obésité augmentent avec l’âge spécifique, chez les enfants de moins de six ans, tandis que la malnutrition (qui est faible) et le risque de sous-alimentation diminuent encore.

La Malnutrition due à l’excès d’enfants de moins de 6 ans dans la population sous contrôle du SNSS est plus faible dans les déciles des communes à meilleur statut socio-économique. Malnutrition par déficit en revanche, il n’y a pas de variations systématiques entre les déciles (la prévalence de la malnutrition est faible), et il y a encore moins de malnutrition dans les communes à développement socio-économique moindre (tableau 5.11).  Ces informations ne concernent que ceux qui ont accès au système public et ne reflètent pas nécessairement ce qui se passe dans l’univers des mineurs résidant dans chaque commune.

Leave a Reply

Your email address will not be published.